ORIGINALITÉ

DE LA MÉTHODE SOUSTIEL

ORIGINALITÉ DE LA

" MÉTHODE SOUSTIEL "

Dr Soustiel,

Je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de suivre vos consultations, ce mois d’octobre 2018. Voici en quelques lignes, ce que j’ai observé et compris de vos interventions. Cet enseignement restera riche pour ma future pratique de l’hypnose. Merci

Christelle Mouly, Psychologue Clinicienne

 

 

Originalité de la « Méthode Soustiel » 

 

On retrouve dans la « Méthode Soustiel » les empreintes d’Erickson et de Roustang comme ça, mine de rien. Mais il s’agit bien du style Soustiel, quelque chose de très personnel.

Le Dr Soustiel propose une consultation unique pour se sevrer du tabac ou de toute autre addiction : une seule rencontre : UNIQUE. Alors, puisqu’elle est unique, elle doit être saisissante, surprenante, inoubliable voire paradoxale.

 

Sous ses airs du médecin qui interroge sérieusement son patient, le Dr Soustiel va à la recherche, fouille et déterre, tel un archéologue, tous les éléments, évènements, traits de personnalité qui pourront s’assembler dans un deuxième temps au cours de la séance d’hypnose : contextes de vie, familial, parental, professionnel, passions, passe-temps.

 

Après avoir évoqué les antécédents médicaux et chirurgicaux, il demande quelle est la consommation de tabac, les habitudes, les motivations à arrêter, les changements que cela représenterait. Puis des questions sur le contenu du sac ou des poches (livres, journaux, paquets de cigarettes), une façon d’appréhender le patient, de le découvrir à travers ce qu’il a avec lui et/ou de semer une confusion : « Que lisez-vous en ce moment ? Qu’avez-vous dans votre sac ? », pour répondre indirectement à la question : « Qui êtes-vous ? ». Il ouvre la discussion sur la littérature, évoque des romans, des histoires comme une invitation au voyage, un espace plus lointain qu’ici et maintenant.

 

Le Dr Soustiel propose ensuite une discussion autour de la signification du prénom du patient. A l’aide d’internet, il évoque des traits de personnalité et cherche des rapprochements entre la description faite par le patient lui-même et ce qui est dit de son prénom ; « Est ce que ça colle avec vous ? Est-ce que ça vous ressemble ? ». Parler de son prénom permet de parler de soi : une approche tout à fait originale directe et indirecte.

 

La question du corps prend ensuite une place importante avec le calcul de l’IMC, le patient est invité à se peser et le Dr Soustiel calcule l’IMC et positionne le résultat sur l’échelle de l’IMC : « vous êtes là » : Point d’arrêt dans la réalité objective. L’enjeu de l’arrêt du tabac va commencer à cet instant. Si le patient présente un surpoids, la prescription sera alors de faire du sport et de s’engager vers un régime alimentaire (arrêt des produits laitiers). Si le patient a une corpulence normale, la séance d’hypnose s’orientera vers un arrêt du tabac. « Car c’est le corps qui le demande et qui appelle la décision », tout en valorisant le patient.

 

La question du temps est également évoquée : « qu’allez-vous faire de ce temps que vous passiez à fumer ? Ce temps qui va devenir libre ? » c’est-à-dire ouvrir un temps pour l’explorer autrement : prémisse de l’ouverture vers le changement : une liberté retrouvée. Le patient se souvient-il du temps d’avant où il ne fumait pas ?

 

Le Dr Soustiel a plusieurs fois évoqué les cinq principes, phrases clés de Charcot qu’il utilisera en fil conducteur pour la séance hypnotique ; avec comme point de départ, l’acceptation de la rencontre, puis quelque chose de poétique, le savoir transmettre pour terminer sur « le savoir tout quitter ».

 

L’entrée en état hypnotique peut alors démarrer comme un voyage. La technique d’induction est très simple et autoritaire : « fermez les yeux, respirez, détendez-vous ».

Le Dr Soustiel évoque l’ici et maintenant : « nous sommes à l’hôpital Saint Joseph, telle date, avec telles personnes dans la pièce, il fait beau… ». Situer le présent permet de marquer un point d’arrêt.

 

Le Dr Soustiel va alors relier les évènements de la vie du patient, son discours, tout en apportant les métaphores qui s’associent naturellement : le souffle, le corps, l’eau, la vie. Les cinq phrases de Charcot sont de nouveau citées : « on accepte la rencontre »…

L’emploi de ON ou IL, est privilégié, pas de VOUS (LE corps et non VOTRE corps) : comme indirectement adresser au patient.

Le Dr Soustiel peut répéter plusieurs fois « on va se débarrasser du geste, du paquet… ou des mots cancer, poumons, mort » et proposer l’ouverture vers un autre monde, un voyage à l’aide d’un poème ou d’une histoire, un personnage qui prend la mer pour découvrir d’autres horizons, la possibilité de changement, une porte à fermer et une autre à ouvrir, le choix de quitter un labyrinthe. Il peut mimer une crise d’asthme pour une patiente aux antécédents asthmatiques qui peut se rapprocher de la technique du psychodrame analytique lorsqu’on joue et donne à voir des représentations non conscientes.

Le Dr Soustiel relie ainsi les évènements du passé, du présent, les ressentis, il les associe pour leur donner la possibilité de se rejoindre entre eux et de s’articuler. Cela va au-delà du travail de sevrage mais plutôt vers l’ouverture d’un autre espace-temps pour trouver ou retrouver la liberté. Il raconte une histoire au patient, il lui conte son histoire avec ce qu’il vient de recevoir et d’accueillir.

La technique d’ancrage consiste à laisser venir une image, une situation choisie par le patient et de l’inviter à conserver cette image comme support (ancrage) à l’ouverture du changement.

 

En fin de séance, le patient repart avec une prescription écrite de la main du médecin, comme l’une des traces de cette unique rencontre.

Prescription atypique pour cette rencontre atypique :

  • Acheter une plante Griffonia qui aidera au sevrage (comme si l’arrêt tabagique était acquis : illusion/confusion ?) ;

  • Acheter un livre, le Dr Soustiel prescrit la lecture d’un roman en lien avec l’histoire du patient ; une histoire qui pourrait le soutenir ou lui faire prendre conscience de ce nouveau chemin qu’il va prendre ; une trace de cette rencontre.

  • Ne pas prendre de poids : arrêter les laitages ;

  • Pratiquer une activité physique, s’occuper de son corps ;

  • Appeler le médecin en cas de besoin (le Dr Soustiel écrit son numéro de téléphone)

 

Le voyage de la séance (hypnose conversationnelle), de cette unique rencontre serait donc marqué de points d’arrêt pour mieux appréhender de nouveaux départs :

« Avancer, c’est faire un stop pour pouvoir évoluer ».

 

 

Le 5 novembre 2018,

Christelle Mouly

LIEUX DE CONSULTATION

Paris

 

sur rendez-vous

tel : 01 77 45 45 83

Sens (Yonne) 

sur rendez- vous

tel : 01 77 45 45 83

CONTACT

© 2019 by ARTCONCEPT7